Et si nous agissions pour nous?

Aujourd’hui, j’écris, après encore une brève pause, beaucoup de travail et des brouillons de textes avortés. J’ai un goût amer dans la bouche, une gueule de bois qui ne faiblit pas et l’impression de parcourir un chemin sclérosant, comme une terrible impression d’être orpheline de mes espoirs.

Nous nous sommes empoisonnés par notre mépris, gouvernés par des semblables à côte de la plaque, attirés par ce qui brille et une arrogance qui me ronge de l’intérieur. Ce monde est devenu complexe, absurde et cruel. Et de plus en plus, rien ne semble aller dans le bon sens.

Je mentirais si je disais que je ne me sens pas en dissonance cognitive, derrière mon ordinateur et dans mon activité de webeuse. Une torture intérieure et une obsession de faire bien, de jour en jour de faire mieux, et de me remettre en question continuellement. Je rêve souvent d’une utopie qui me donnerait la force de faire renaitre tous mes espoirs. Je rêve que nous (ré)agissions et bousculions le monde tel qu’on le connaît. Je rêve d’abandonner ma vie telle qu’elle est, tant qu’il me reste l’amour, mes yeux pour contempler le monde et ma mémoire pour faire de beaux rêves. Je rêve d’un monde où nous pourrions tous revivre simplement, lentement et avec conscience.

Aujourd’hui, je crois toujours que c’est pendant les temps de crises ou les moments les plus pessimistes que l’on trouve des idées créatives et innovantes. Que quand on est bien dans sa vie, on a la meilleure énergie pour faire de belles choses. Que faire le meilleur pour soi, c’est se donner les moyens de mieux partager du positif. Aujourd’hui et depuis quelque temps déjà, je prends le temps de vivre, en conscience. Une renaissance sensorielle qui me donne souvent l’impression d’être à contre-courant, mais au plus proche de moi. Aujourd’hui j’ai besoin de croire que quelque chose est possible, pour nous tous.

Alors, si nous agissions pour nous, si nous agissions pour vivre mieux dans et avec le monde qui nous entoure, si nous agissions pour les générations futures… que ferions-nous?

Cet article a 1 commentaire

  1. Tant que nous ne réaliserons pas que l' »autre », c’est nous-mêmes et qu’il n’y a AUCUNE différence, le monde pourra s’effondrer, nous le regarderons s’effondrer, ahuris et hébétés.

    Mais je sens vraiment un réel changement de conscience. Ce n’est que le début… Ce que je ressens est puissant. Ton billet est tellement en résonnance avec celui que j’ai partagé sur mon blog aujourd’hui… C’est « fou »… mais très logique. Nous nous connectons avec ceux qui sont sur la même longueur d’onde que nous… Littéralement.

    Je pense que le mieux qu’on puisse faire déjà, c’est d’agir au quotidien pour transformer notre monde… En transformant notre monde, et si tout le monde se met à le faire avec conscience et bienveillance, le monde alentour se transformera à son tour.

    Merci de tes mots… merci de contribuer à réveiller les consciences.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
nec efficitur. quis, Aenean vulputate, venenatis, mattis elit. sem,