Révélations – l’histoire de Sophie

Previously dans l’histoire de Sophie : l’histoire de Sophie c’est un défi d’écriture lancé sur Nomaditude qui continue d’évoluer à deux plumes. On s’amuse sans prétention à rebondir sur nos écrits et faire évoluer notre histoire. L’histoire de Sophie c’est l’histoire de deux adolescentes aux pouvoirs et destin mystérieux.

Pour reprendre au début et suivre son évolution, à lire dans l’ordre :

UBI QUOI ? by GranMale Kaf

— Camille, regarde ! Tu vois ce que je vois ? Comment font-elles ? S’interroge Marti.
— Je crois que nous avons aussi beaucoup de questions à poser.
— C’est dingue ! Cette petite Samia est présente dans notre maison mais sans l’être vraiment. Regarde comment elle est quasiment translucide. Je ne comprends plus rien.
— Et bien chéri, tu vas dormir moins bête ce soir, dit-elle en souriant.
— Tu pourrais préciser ?
— Et bien, quand Sophie nous avait raconté sa première expérience de leur jardin secret, j’ai fait quelques recherches sur internet. C’est de l’ubiquité !
— De l’ubi quoi ?
— U…bi…qui…té ! Il s’agit d’être présent physiquement à plusieurs endroits en même temps. Pour faire plus simple, omniprésence.
— Je vois que Sophie tient ça de sa mère.
— Chéri ! Jusqu’à preuve du contraire, je n’ai aucun pouvoir de ce genre.
— Et bien à la maison, tu es au four et au moulin quand tu ne travailles pas. U…bi…qui…té ! Répond Marti avec un clin d’œil.
— Mais qu’il est bête celui-là.

A présent, Safia peut expliquer aux filles d’où proviennent leurs pouvoirs.

— Neuf mois avant votre naissance, il y a eu un gros orage, partout dans le monde. Deux grosses foudres se sont abattues sur Terre en même temps sur les maisons de vos parents. L’arc électrique de la foudre a envoyé beaucoup d’énergie dans le corps de vos mamans. Votre don est dû à la foudre.
— Wow ! Disent-elles en chœur.
— Et c’était très bizarre, intervient Marti. Ta mère avait les yeux tout bleus. Bleu fluorescent.
— Et ta mère également ma petite Samia, répond Safia.
— Attends grand-mère, je commence à comprendre un truc. Deux foudres à deux endroits différents. Deux mamans qui se prennent toutes les deux les mêmes décharges mais sans mourir. Les deux ont eu les yeux bleus en même temps.
— C’est exact ma chérie.
— Et nous, deux jeunes filles qui ont les mêmes pouvoirs, le même visage, le même nom de famille, la même date et la même heure de naissance. Et maintenant nos cheveux ont les deux couleurs. Comment c’est possible ?
— Tu n’as pas compris quand ta grand-mère a demandé à « ta sœur » de vous rejoindre ? Demande Marti.
— Quoi ! On est vraiment des sœurs ? Demande Sophie à sa jumelle avec un grand sourire. Un truc de malade.
— Mais, comment peut-on être vraiment sœur ? Sophie et moi n’avons pas la même maman ?
— Et bien, je vous expliquerai tout une prochaine fois. Mais comme vous avez école demain, je vais aller à l’essentiel et je vais faire quelque chose de magique. Regardez bien !

Safia prend une grande respiration, ferme les yeux et commence à faire des grimaces devant les filles. Le temps se fige instantanément. Le tic-tac de l’horloge s’arrête, l’image de la télévision se fige, comme si on avait mis un DVD sur pause, plus aucun bruit dans la pièce. Sophie et Samia se retournent et aperçoivent Camille et Marti figés comme deux statues de cire.

— Grand-mère, c’est toi qui viens de faire ça ?
— Effectivement ma grande, et Samia, regarde-toi.
— Wow ! Mais… Je suis en chair et en os là non ? Dit-elle surprise d’être réellement présente dans le salon. Mais je ne comprends pas, mon corps est dans la chambre de Tristan, il va s’apercevoir que je ne suis plus là et il va s’inquiéter.
— Ne t’inquiète pas ma chérie. C’est de la chronokinésie.
— Chrono quoi ? Interpelle Samia.
— Je viens d’arrêter le temps. Je peux aussi l’accélérer ou le ralentir. Mais il s’agit d’un pouvoir extrêmement difficile à maitriser. Il faut des années de pratique. Mais bon, ce n’est pas le sujet de ce soir. Samia, ton vrai corps est toujours présent dans la chambre de ton petit copain. Je l’ai dématérialisé afin que tu ne te déconnectes pas toute seule. Plus tard, je vous apprendrai à contrôler vos connexions et si vous travaillez dur, je vous apprendrai à vous téléporter, mais réellement. Vous ne transiterez plus par votre jardin secret.
— Grand-mère, tu m’épates, répond Sophie toujours surprise.
— Cool ! Hurle Samia de bonheur. Plus besoin de prendre l’avion.
— Allez, on se concentre maintenant. Mes chéries, vous avez récemment vu une voyante dans une de vos visions n’est-ce pas ?
— Oui, répond Sophie. C’était une femme assez bizarre.
— J’ai un mauvais pressentiment la concernant, réplique Samia. J’ai comme ressenti une pression. Il y avait une mauvaise ambiance.
— Tu as visé juste ma petite Samia. Cette voyante que vous avez vue, il s’agit d’Aillen. Elle a l’apparence d’une voyante mais en vrai, c’est une déesse qui représente le mal. Empêche Tristan d’aller la voir. Coûte que coûte.
— Grand-mère ! Dit Sophie, elle avait le même bandeau que toi sur la tête, mais il était rouge avec un éclair.
— Ce bandeau que vous avez aperçu est normalement noir représenté d’une sorte de bête. La couleur rouge et l’éclair étaient un indice.
— Wow ! Tu pourrais nous éclaircir un peu grand-mère, répond Sophie.
— Et bien mes chéries, vous êtes les élues de Taranis. Dans la mythologie celtique, Taranis était le dieu du soleil et du ciel. Il était aussi le dieu du tonnerre. Vous rechercherez sur internet car je n’ai pas beaucoup de temps aujourd’hui. Taranis a créé sa propre tribu : les Taranes. Il a transmis une partie de ses pouvoirs à tous ceux qui le méritaient et les pouvoirs étaient retransmis de génération en génération.
— Tu veux dire qu’on est les descendantes directes de ce fameux Taranis ? Questionne Samia.
— Entre autres, répond Safia. Ceux qui pouvaient maîtriser parfaitement les pouvoirs qui leur ont été attribués, devaient se coiffer d’un bandeau bleu, brodé d’un soleil et ceux qui étaient en phase d’apprentissage, devaient se coiffer d’un bandeau rouge. Le bandeau rouge que vous avez vu était un signe. Vous saisissez le sens maintenant ?
— Alors, si j’ai bien compris chère grand-mère, la voyante qui représente le mal nous a fait passer un message ? Car nous sommes toutes les deux en apprentissage.
— Tu comprends vite ma petite Sophie. Vous allez devoir être forte toutes les deux. Aillen fera tout pour que vous perdiez vos pouvoirs.
— Je te promets qu’on ne se laissera pas faire, grand-mère.
— Très bien. Maintenant je dois repartir mais je reviendrai très prochainement. Je dois me rendre au Japon, aider une amie de longue date.

Safia pose ses mains sur le front des petites élues. Une légère brume apparaît dans le salon et la bohème disparaît silencieusement, comme par magie. Le tic-tac de l’horloge recommence, les images défilent à la télévision, Camille et Marti sont en mouvement.

— Mais où est-elle passée ? Demande Camille en s’adressant aux filles.
— Euh ! Et bien, elle était juste devant nous il y a deux secondes, dit Samia.
— Je vois, répond Camille avec un sourire. Elle vous a fait le coup du ninja qui disparaît dans la fumée blanche. Le bandeau te va très bien ma chérie.
— Quel bandeau maman ?
En se touchant la tête, Sophie retire le bandeau rouge de sa tête, brodé d’un éclair. Samia a également le même et sont toutes les deux estomaquées.
— Maman ! Toi et papa vous avez des choses à me dire. Je ne comprends plus rien.
— Bien sûr ma chérie. Et nous sommes désolés ton père et moi de t’avoir caché certaines choses. Dès demain, après l’école, nous vous raconterons.
— Oh cool, dit Samia en bondissant du canapé. Je vais me connecter à elle pour suivre l’histoire. Je n’ai pas connu mes parents alors vous êtes les seuls qui peuvent me raconter notre histoire.
— Et tu es la bienvenue Samia. Tu peux venir ici quand tu veux. Tu fais désormais partie de Sophie, et vice-versa. Notre maison est aussi la tienne.
— Je suis trop contente ! Merci monsieur et madame Rodouda. C’est trop bizarre de vous appeler comme ça, dit-elle en riant.
— Bon maintenant, allez vous coucher. Demain il y a école. Je vous laisse encore dix minutes. Pas une de plus. Bonne nuit Samia et à demain.

Samia enlace Sophie tendrement avant de lui faire un bisou.

— Sophie, tu peux me promettre une seule chose ?
— Dis-moi !
— Promets-moi de ne plus se quitter.
— Je te le promets chère petite sœur.
— Hey ! Mais pourquoi c’est moi la petite sœur ? On est née à la même heure.
— Mouahaha ! je viens de le décider, dit Sophie en riant et en pinçant la joue de sa jumelle.

Le rite initiatique by Nomaditude

Sophie se prépare à aller au lycée, le temps est étrangement doux et ensoleillé ce matin, on entend même les oiseaux chanter. Elle se dirige vers la cuisine pour prendre son petit déjeuner, elle est fatiguée, elle a passé la nuit à parler à Samia en secret.

Camille et Marti sont déjà en train de prendre leur petit déjeuner.

_ Bonjour ma chérie

_ Bonjour maman, boujour papa

_ Bonjour mon petit soleil, remise de tes émotions ? Questionne Marti

_ Je sais pas trop. J’ai hâte qu’on poursuive nos discussions ce soir, je me pose encore beaucoup de questions.

_ Essaie de penser à autre chose aujourd’hui ma chérie, tu dois prendre soin de toi.

_ Oui maman. Répond Sophie en mangeant. Dis-moi, c’est moi ou grand-mère et toi vous êtes en froid ?

_ On aura le temps d’en discuter t’inquiète pas. Ta grand-mère va rester quelques temps pour nous aider.

_ Ha bon, elle n’est pas au Japon ?!

_ Non, c’était juste une de ses nombreuses missions, elle est rentrée dormir il y a quelques minutes

_ Donc vous deux vous vous entendez bien alors ?! Questionne Sophie, sur un ton inquiet.

_ C’est compliqué ma chérie, répond Marti, mais ne t’inquiète pas, on veut tous ce qu’il y a de mieux pour toi et Samia

_ Oui et vous protéger, poursuit Camille

_ OK ok, bon.. je file au lycée, je vous aime, à ce soir.

Sur l’île bourbon, le temps est à l’opposé, il tombe une pluie torrentielle et Samia est partie très tôt de chez Tristan pour ne pas croiser ses parents et ne pas inquiéter son oncle et sa tante.

La journée se termine enfin après de longues heures d’impatience pour Sophie et Samia. Sophie arrive chez elle et sa grand-mère l’attend avec ses parents et Samia dans le salon. Leurs visages sont tristes et fermés.

_ Bonjour Sophie, je viens d’aller chercher Samia, nous t’attendions, s’exclame Safia

_ Il s’est passé quelque chose grand-mère ?

_ J’ai perdu une vieille amie cette nuit. C’était une protégée des Taranes. Sa perte n’est pas un hasard malheureusement…

_ Je suis désolée grand-mère

_ Est-ce qu’on peut faire quelque chose ? Enchaîne Samia

_ C’est gentil mes chéries, mais je ne peux me permettre de m’effondrer aujourd’hui. Nous devons nous préparer les filles. Nous devrons bientôt agir.

_ Avant toute chose, poursuit Safia, je dois vous expliquer qui vous êtes en réalité, asseyez-vous je vous prie.

Les jeunes filles s’assoient alors sans un bruit et écoutent Safia attentivement.

— Sachez que vous avez eu une vie antérieure où vous étiez de grandes guerrières. Sœurs jumelles et filles de Taranis, vous répandiez l’amour sur terre ainsi que l’équilibre de le biodiversité. Mais pour ce faire, vous deviez également combattre les disciples de Tarascus. Tarascus est la fameuse bête immonde du bandeau de Aillen. Dans certaines croyances, il serait appelé le diable. Les disciples sont très puissants et leurs forces résident dans la propagation du mal sur terre. Les êtres humains se détruisent entre eux et détruisent leurs ressources sous l’influence de leurs disciples. Aillen est une des disciples les plus fidèles et puissante. Elle a une centaine d’années et a développé des pouvoirs extrêmement puissants.

_ Attends attends, donc nous ne sommes pas de vraies sœurs aujourd’hui mais nous l’étions dans une vie antérieure ?! coupe Sophie

_ Oui et surtout, on a cette bande de psychopathes à nos trousses ?! suit Samia à voix basse

_ C’est exact, aujourd’hui vous avez retrouvé vos âmes et vos pouvoirs antiques se développent de manière impressionnante. Je pensais que nous aurions le temps mais, il semblerait que le temps nous rattrape. Nous avons sur terre des personnes appelaient protégées. Ce sont des personnes à l’âme pure qui œuvrent au quotidien pour combattre le mal à travers des associations humanitaires, les médecines parallèles, l’éducation ou encore le développement de la spiritualité. Les disciples commencent à s’attaquer à ces personnes et nous devons agir au plus vite. Je vais donc devoir vous emmener dès demain réaliser votre rite initiatique. Ce rituel ancestral vous permettra d’acquérir pleinement vos pouvoirs et retrouver vos souvenirs et savoirs originels.

_ Wahoo, ça fait beaucoup d’infos grand-mère, mais j’aimerais comprendre alors, d’où viennent tes pouvoirs et est-ce que ce que tu sais en quoi consiste ce rituel ? Serons-nous assez fortes ensuite ? Je suis désolée j’ai beaucoup trop de questions.

_ Oui et surtout, on va devoir se battre contre ces psychopates de Tarastruc là ?! suit Samia à voix basse

_ Ne sois pas désolée, je comprends ma chérie. Je suis une élue de Taranis également, comme vous l’êtes et comme l’était ta mère Samia. Nous sommes élues de génération en génération, nous héritons de grandes guerrières de l’histoire de ce monde. Mes pouvoirs sont grands car j’ai réalisé mon rituel initiatique toute jeune et j’ai combattu plusieurs générations de disciples de Tarascus, ou ces psychopates de Tarastruc Samia. Mon pouvoir a donc évolué, mais je n’aurais jamais la puissance que vous aurez dès demain.

_ Comment c’est possible ? Questionne Samia

_ Oui, et pourquoi maman ne fait pas partie des élues ? Questionne à son tour Sophie

Camille baisse la tête et Marti lui prend la main tendrement.

_ Eh bien, je fais partie des élues, mais vous vous êtes les véritables descendantes de Taranis. Camille fait partie des élues également, mais à ma grande déception, elle n’a jamais voulu faire son rituel initiatique, elle a donc perdu son pouvoir quelques temps après votre naissance.

_ Mais pourquoi nous ? Questionnent Samia & Sophie en même temps

_ Il était écrit que le jour où des élues de Taranis naitraient au même moment et d’une même lignée paternelle, les jumelles renaitraient en elles pour réparer les blessures sur terre.

_ D’une même lignée ?! Questionnent Samia et Sophie de nouveau en même temps

_ Oui, vous êtes des cousines très éloignées, je sais que c’est un peu perturbant pour vous. répond Marti, pour moi ça l’est également. Il semblerait que nous ayons un véritable lien de parenté Samia. Et je fais partie d’une lignée de protégés.

_ Aillen le sait et c’est pourquoi elle essaie de vous affaiblir avant même que vous soyez confirmée, enchaine Safia. Samia, tu vas dormir ici ce soir avec nous, et je vous emmène dès demain sur la terre originelle pour votre rituel. J’ai prévenu ton oncle et ta tante dans la journée. Ils t’embrassent très fort et sont très fiers de toi.

_ Mais… je n’ai pas eu le temps de prévenir Tristan, et si lui arrivait quelque chose en mon absence ?! S’inquiète Samia

— Ne t’inquiète pas pour lui, j’ai fait le nécessaire pour qu’il soit protégé jusqu’à ton retour. Mais tu peux le contacter si tu le souhaites avant de manger. Je veux que vous alliez au lit tôt ce soir, je veillerai sur vous toute la nuit, et je vous téléporterai à l’aube. L’ennemi ne pourra vous trouver pendant le rituel car c’est dans un monde protégé dont seuls les élues de Taranis ont accès. Même Camille ne peut y accéder aujourd’hui. Prenez un moment pour vous, nous mangeons dans deux heures.

La publication a un commentaire

  1. GranMale Kaf

    LE DEPART

    Le lendemain, Safia réveille les jeunes filles plus tôt que prévu. Il est quatre heures du matin. Elle a très mal dormi à cause de tous ces événements. Après le petit-déjeuner, les filles devront se préparer pour la terre originelle.

    — Bonjour les filles, allez ! Il faut se réveiller. On a une grande journée qui nous attend.
    — Bonjour grand-mère, disent-elle en même temps, faisant décrocher un sourire à Safia.
    — Le petit-déjeuner est prêt. Vous n’avez plus qu’à vous servir. On part dans une petite heure. Ne traînez pas, c’est compris ?
    — J’espère qu’il y a des pains aux raisins, j’adore ça, demande Samia.
    — Il y a tout ce que vous voulez sur la table, dit Safia. Des pains au chocolat, des croissants, des pains aux raisins et des petits gâteaux. Prenez des forces car vous en aurez besoin rien que pour la première partie du rite initiatique.
    — Dis-moi grand-mère, demande Samia, où est-ce qu’on ira pour le rite initiatique ?
    — Et bien, on sera à l’autre bout de la France, en Moselle plus exactement.
    — En Moselle ? Demande Sophie intriguée. C’est où la Moselle ?
    — Les filles, il faudrait que vous révisiez votre géographie. La Moselle est un département français situé dans le Grand-Est. C’est à côté de l’Alsace.
    — Ah mais oui, je connais l’Alsace. La plus grande ville c’est Strasbourg, répond Sophie. Nous étions en vacances là-bas l’hiver dernier avec les parents pour le marché de Noël. Trop cool ! J’ai hâte de repartir là-bas pour me goinfrer de biscuits.
    — Oh ! S’exclame Samia, je pourrais venir avec vous ? J’adore les biscuits et surtout, Noël !
    — Les filles ! Les filles ! On se calme. Vous aurez tout le temps de parler de vos vacances plus tard. Pour le moment, on reste toutes concentrées.
    — Oui grand-mère. On prend notre petit-déjeuner et on sera prêtes. Promis ! Dit Samia.

    Le petit-déjeuner pris, les filles terminent la préparation de leurs sacs à dos. Sophie et Samia enlacent une dernière fois Camille et Marti avant de regagner le salon pour la téléportation. Camille, toute émue, laisse couler quelques larmes.

    — Ne pleure pas ma maman chérie ! Promis on sera de retour, dis Sophie en serrant sa mère de toutes ses forces.
    — Faîtes attention à vous d’accord ? Veillez sur l’une comme sur l’autre. Soyez fortes et revenez saines et sauves. Je compte sur vous !
    — Promis madame Rodouda ! Enfin je veux dire madame Camille, répond Samia. A deux nous faisons qu’une. Je la connais et elle me connait. On sera de retour je vous en fais la promesse.
    — Tu es d’une grande maturité ma chère Samia. Sache que tu fais maintenant partie de la famille. Ne l’oublie jamais.
    — Allez les filles ! C’est l’heure de partir, dit Safia. On se connecte les unes aux autres. Je me charge du voyage.

    Le temps se fige à nouveau. Le tic-tac de l’horloge ralenti et une épaisse fumée commence à faire son apparition dans le salon. Les filles ferment les yeux et prennent une grande inspiration. Safia lance quelques incantations à haute voix et demande la direction de la terre originelle.
    Le salon devient de plus en plus brumeux. Des flashs de lumières stroboscopiques font leur apparition également suivi d’une grosse foudre qui vient s’abattre sur le toit de la maison, sans faire de dégâts.

    En une fraction de seconde, Safia et les filles se sont évaporées. Dans un tourbillon de nuages, elles sont en apesanteur durant une bonne trentaine de secondes avant d’atterrir dans une forêt, quelque part dans l’est de la France.

    — Wow ! Mais c’était quoi cette téléportation ? Demande Samia, toute choquée de leur trajet.
    — C’est la première fois que je me téléporte comme ça. Il fait froid ici dis donc. Tu nous as emmenées où grand-mère ? Il n’y a aucune lumière par ici. Et j’avoue qu’il fait super froid.
    — C’est normal mes chéries ! Il ne fait pas froid en réalité. C’est le tourbillon de nuage qui fait redescendre la température. Ne vous inquiétez pas, tout redeviendra normal d’ici quelques minutes.
    — Brrrr ! On se croirait dans les Alpes, grogne Sophie.
    — Où sommes-nous grand-mère ? Questionne Samia une seconde fois.
    — Mes chéries. Bienvenue dans la forêt basse du Sauvageon. C’est ici que votre aventure commence. Les précédents élus de Taranis sont aussi passés par ici. Aujourd’hui, c’est votre tour. Nous allons devoir marcher quelques minutes avant d’atteindre l’entrée de la tribu. Mettez vos bandeaux dès maintenant car l’entrée est très bien gardée. On doit quand même montrer patte blanche même si les gardiens me connaissent. Le bandeau c’est un peu notre passeport.
    — A vos ordres chef ! Réplique Samia.
    — Bien ! Maintenant, on y va, dit Safia.
    — Mais grand-mère, on ne voit rien. Je n’ai pas pensé à ramener une lampe-torche. Comment va-t-on trouver le chemin ? Il n’y a même pas de sentier, demande Sophie.
    — Pas besoin de lampe-torche. Je vais vous montrer quelque chose. Mettez-vous en face à face et tenez-vous les mains. Prenez une grande inspiration toutes les deux et expirez par la bouche toutes les deux en même temps.
    Les jeunes filles sont aussitôt entourées d’un halo de lumière jaunâtre et leurs yeux prennent une couleur jaune foncé.
    — Wow ! Dit Samia, Je ne comprends plus rien. Il y a quelques secondes il faisait encore nuit et j’ai l’impression qu’il est midi.
    — Oh trop cool ! Comment ça se fait grand-mère ? Questionne Sophie.
    — Et bien, vous pouvez maintenant voir dans le noir comme en pleine journée. Cette technique est appelé nyctalopie.
    — Nyctalo quoi ? Demande Samia.
    — Nyc-ta-lo-pie ! C’est la faculté de voir dans le noir. Il suffit de se regarder dans les yeux, de se tenir les mains et d’expirer en même temps. Sans vous en rendre compte, vous vous envoyer de l’air chaud et ça forme une aura autour de vous. C’est grâce à votre puissance connectée. Vos yeux deviennent jaune, ce qui vous donne cette sensation qu’il est midi en pleine nuit. Attention, ce procédé ne dure qu’une vingtaine de minutes. Ne l’utilisez seulement quand il fait nuit sous peine d’être aveuglées bêtement.
    — On dirait une chouette ! Dit Sophie en s’adressant à Samia en rigolant.
    — C’est toi la chouette, répond Samia morte de rire.
    — Allez, on se calme les filles. On y va ! Réplique Safia.

    Après un bon quart d’heure de marche à travers la forêt basse du Sauvageon, nos trois aventurières arrivent enfin à la tribu, où deux gardes armés de lances et de boucliers se tiennent debout devant l’entrée.

Laisser un commentaire