Connexion flash – l’histoire de Sophie

Previously : l’histoire de Sophie c’est une histoire fantastique née par la plume de GranMale Kaf et l’inspiration de mon art-journal. Pour reprendre au début et suivre son évolution, à lire dans l’ordre :

Connexion flash by GranMale Kaf

Il est 21 heures quand Sophie part tranquillement se coucher. Elle a son petit rituel avant de s’endormir : consulter les notifications des réseaux sociaux et de finir de refaire le monde avec sa meilleure amie, Ludivine. Mais ce soir, ce n’est pas une soirée comme les autres. Sophie a une connexion avec quelqu’un d’autre à deux heures de décalage de chez elle, une connexion avec Samia.

Sophie ferme les yeux et se plonge elle-même dans un micro-sommeil. La vision est plus longue que celles qu’elle a l’habitude de voir. C’est le noir total, impossible d’ouvrir les yeux. Un gros bruit résonne en elle, comme une explosion et Sophie se retrouve dans un endroit étrange. Tellement étrange qu’il n’y a ni vent, ni soleil, ni lune. Tout est blanc. Sophie commence par avoir peur et par instinct, demande s’il y a quelqu’un mais sa voix résonne plusieurs fois, comme un écho dans une pièce vide.

— Eh oh ! Il y a du monde ? Où suis-je ? Je veux rentrer chez moi. Où suis-je ?
Aucune réponse. Sophie est vraiment seule, au milieu de nulle part. Est-ce vraiment la réalité ou de la fiction ? Est-elle toujours en train de rêver ou a-t-elle vraiment basculé dans un autre univers ?
— S’il vous plaît ? Sortez-moi de là ! Crie Sophie de toutes ses forces, prise de panique.
— Qui est là ? Dit une voix, sortie de nulle part. Où êtes-vous ?
— Je ne sais pas où je suis. Je suis perdue. Je ne vois rien, c’est blanc de partout.
— Je ne vois rien non plus. Qui es-tu ?
— Et vous ? Qui êtes-vous ?
— Je m’appelle Samia. Je ne sais pas ce que je fais là.
— Moi c’est Sophie !
— Sophie ?
— Oui ! Sophie.
— Es-tu cette Sophie qui vit en métropole ? Celle qui vit en région parisienne ?
— Euh ! Oui, pourquoi ? Réponds Sophie intriguée par la réponse de Samia.
— Ecoute ! J’ai souvent des visions et c’est toi que je vois. J’ai l’impression que c’est moi, alors que c’est quelqu’un d’autre.
— J’ai aussi des visions et je vois quelqu’un d’autre. Mais qu’est-ce qu’il se passe ? Je ne comprends rien.

A travers tout ce blanc, une silhouette se dessine devant Sophie. Une jeune fille apparaît, les cheveux blonds avec les mêmes habits. Samia est la copie conforme de Sophie, à l’exception des cheveux. La brune rencontre pour la première fois la blonde.

Connexion flash by nomaditude

Deux balançoires apparaissent dans ce blanc éclatant, Samia et Sophie y courent, comme transportées et s’y s’installent sans un mot. Elles commencent à se balancer, en rythme. Samia, timidement, prend la parole.

— Moi c’est Samia. C’est génial, ça me rappelle mon enfance..

— J’adorais faire de la balançoire…

Enchaîne Sophie, avec une synchronicité parfaite avec Samia. Ce qui les effraye tout autant que ça les remplit de joie.

— Comment tu sais où je vis ? D’où viens-tu ? Enchaîne Sophie. 

— Je viens de l’île bourbon, tu sais l’île au milieu de l’océan Oriental. Je sais un peu qui tu es parce que j’ai un don. J’arrive à me connecter aux gens dans le monde entier. La première fois que je me suis connectée à toi je m’en rappelle très bien, c’était bien plus intense qu’avec n’importe qui. J’écrivais dans mon journal intime, et c’est arrivé sans que je le cherche. Tu écrivais aussi dans ton journal mais tu étais si effrayée… J’arrivais à le ressentir parfaitement. 
— Wahoo, je me rappelle très bien de ce moment. J’ai ressenti quelque chose moi aussi. Ton don est incroyable. Comme tu dois trop bien connaître le monde ! Je t’envie tellement, poursuit Sophie, moi aussi j’ai un don, mais il n’est pas aussi fun. Il me fout même carrément les boules en ce moment.. Je vois ce qui va se passer à l’avance. Des choses, magnifiques ou insignifiantes comme des visions horribles.. Je n’arrive même plus à vivre normalement, je suis paralysée par mes visions, c’est l’angoisse.. Et je crois que je fais flipper tout le monde au bahut, même ma meilleure amie. 

— Tu y comprends quelque chose ? Enchaînent elles en cœur, suivi d’un petit éclat de rire.

Samia met délicatement sa chevelure blonde sur le côté de son visage et caresse la pointe de ses cheveux, avant de continuer

— Non, c’est assez perturbant de se voir, tu me ressembles tellement ! Et je ne peux m’empêcher de me demander si je rêve, cet endroit est tellement lumineux et étrange et en même temps je ne me suis jamais sentie autant en paix, complète !

— Tellement ! Et je me pose les mêmes questions. Sommes-nous jumelles ? Des sosies ? Des clônes ? … 

— Ho noon.. Je sens qu’on va bientôt perdre notre connexion.

— Moi aussi je le sens. Mais comment on pourra savoir si c’est bien réel après ça ?

— C’est quoi ton pseudo Facebook ?

— Samia rodouda et toi ?

— Samia rodouda ?! Répond Sophie, surprise.

Mais Samia s’est réveillée avant même de prendre le temps de répondre.. Quelques secondes plus tard, le son d’une notification Facebook retentit et le cœur de Samia bat tellement fort qu’il lui donne l’impression qu’il va sortir de sa poitrine. Elle prend son téléphone et son cœur bat de plus en plus fort quand elle voit la demande d’ajout d’une certaine « So rodouda ».
C’est bien elle. Samia et Sophie sont donc désormais connectées. Le faible décalage horaire entre l’ile bourbon et la métropole leur permet de se parler aussi souvent qu’elles le souhaitent en journée, et chaque soir elles se retrouvent dans ce lieu éblouissant qu’elles ont surnommé entre elles leur « jardin secret ».  Elles se racontent toute leur vie et étrangement, leurs problèmes, notamment dû à leurs dons, deviennent beaucoup moins lourds depuis qu’elles sont connectées.

Ce qu’elles ne se rendent pas encore compte, c’est que leurs dons sont en train de se développer avec elles. Et chacune prend un peu de celui de l’autre. Leur complicité est naturelle. Bien entendu, elles se sont racontées leurs enfances, mais rien ne laisse supposer qu’elles peuvent être jumelles. Elles sont toutes deux nées le 1er juin 2020 mais à des kilomètres l’une de l’autre. Elles veulent comprendre et se donnent pour mission de tout découvrir, mais, elles aiment aussi à penser que c’est ça la véritable signification d’une âme sœur, et qu’elles ont une grande destinée mêlée…

//Musique inspirée et proposée en coulisses par GranMale Kaf pour illustrer la rencontre entre Sophie & Samia.

Et vous, vous avez une suite ou alternative à notre histoire fantastique à proposer ?!

Cet article a 1 commentaire

  1. CONFIDENCES ENTRE COPINES

    La météo annonce une légère tempête de neige sur la région aujourd’hui. Les routes sont bloquées par la neige depuis tôt ce matin malgré le passage du chasse-neige. Marti et Camille ont tous les deux décidé de ne pas se rendre au travail et en profitent pour rester blottis l’un contre l’autre devant la cheminée, à regarder la télévision.

    Sophie, quant à elle, est à l’étage comme à son habitude, derrière son écran d’ordinateur à discuter avec sa meilleure amie, Ludivine. Sophie n’a jamais parlé de sa rencontre et de ses connexions avec Samia, à l’autre bout du monde. Elle décide enfin de se lancer et de tout raconter à sa meilleure amie.
    — Ludivine, il faut que je te parle. Ne me prends pas pour une folle s’il te plait.
    — Tu sais que tu peux tout me dire ma Sophie. Je ne t’ai jamais prise pour une folle et je suis toute ouïe. Je sais que tes visions t’épuisent au quotidien.
    — D’accord ! Mais promets le moi s’il te plait.
    — Sophie, je suis ta meilleure amie enfin.
    — Bon écoute, ça va te paraître loufoque. Tu ne vas jamais me croire. Mes parents ne sont toujours pas au courant.
    — Accouche Sophie, tu me laisses trop de suspense là !
    — Cela concerne mes visions. Je suis passé à un autre niveau.
    — Tu continues de voir ce qu’il se passe deux heures avant ?
    — Oui, elles sont toujours là, mais il y a quelqu’un d’autre qui a le même don que moi ?
    — Oh ! Tu n’es pas la seule sur cette terre.
    — Attends ! Tu vas être choquée.
    — Dis-moi tout ! Répond Ludivine.
    — Il y a une autre fille, à l’autre bout du monde, qui ressent ce que je ressens et parfois voit ce que je fais.
    — Tu veux dire, si tu es triste elle le sait ? Ou si tu a peur, elle le ressent aussi ?
    — Oui ! Exactement. Comme s’il y a une deuxième moi, une seconde Sophie. C’est moi mais sans être moi.
    — Je ne te suis plus ma Sophie.
    — Récemment, j’ai eu un flash. Au début j’ai cru que ça allait être encore une vision mais ce n’était pas le cas. Je me suis comme téléportée dans un autre endroit alors que je n’ai pas bougé de chez moi.
    Ludivine essaie de comprendre ce que sa meilleure amie raconte. Ludivine est au courant des visions de Sophie mais ce que sa meilleure amie va raconter par la suite laissera Ludivine bouche bée.
    — Sophie, c’est quoi cette histoire ? Ca m’intrigue.
    — J’ai fermé les yeux pensant avoir une vision, mais j’ai atterri dans un endroit, tout blanc. Il n’y avait rien autour. Que du blanc. J’ai même crié et il y avait de l’écho. Il faisait ni chaud ni froid. C’était à la fois effrayant et bizarre comme sensation. Et cette fille est apparut. Samia.
    — Tu l’avais déjà rencontré auparavant ?
    — Pas du tout. Et quand je l’ai vu pour la première fois, et bien je me suis vue, mais en blonde.
    — Tu veux dire que c’est ton sosie ? Ton double ?
    — Exactement. Les deux seules différences qu’il y a entre elle et moi : premièrement, Samia est blonde et deuxièmement, elle arrive à se connecter avec beaucoup de gens à travers le monde alors que moi, je vois seulement l’avenir avec deux heures d’avance.
    — Que s’est-il passé ensuite ?
    — Et bien figure toi qu’on a eu comme une connexion depuis ce soir là. Et depuis, je la retrouve chaque soir avant de dormir dans cet endroit, cet endroit tout blanc.
    — Waouh ! Tu arrives à discuter avec une autre fille, qui se trouve à l’autre bout du monde, comme ci elle était à côté de toi ?
    — Je ferme juste les yeux, elle aussi. On prend une grande respiration et je me retrouve dans cet endroit. Je ne sais pas comment on arrive à faire ça, je n’arrive pas à l’expliquer.
    — Tu as vraiment un don ma Sophie, il faut que tu en fasses une force, répond Ludivine toute joyeuse et choquée à la fois.
    — Ce n’est pas fini ! On est toutes les deux nées le 1er juin 2020 à 3 heures 45. Elle adorait faire de la balançoire quand elle était petite, tout comme moi. Tu ne devineras jamais son nom de famille.
    — Ne me dis pas qu’elle s’appelle Rodouda comme toi, répond Ludivine.
    — Elle s’appelle Samia Rodouda.
    — Non mais je suis choquée, je n’arrive pas à y croire.
    — Une fille qui me ressemble, née le même jour et à la même heure que moi, qui porte le même nom de famille et qui ressent ce que je ressens. C’est complètement à dormir debout…

Laisser un commentaire

Fermer le menu
libero venenatis, dictum ante. diam sit commodo