Et puis un jour, mon rêve s’est envolé
3 septembre 2016
34

La vie est bien faite. L’été dernier j’ai décidé de changer de vie, entreprendre, me rapprocher de la famille, retrouver une qualité de vie autre et voyager autant que possible. Je souhaitais prendre mon envol et apprendre à voler.

J’ai alors fait des choix, je me suis rapprochée de ma famille qui vit principalement dans les Landes en m’installant à Bordeaux. J’ai créé mon activité de créatrice de sites web via une coopérative qui offre les avantages d’un salarié avec la liberté d’un entrepreneur. J’ai commencé à m’intéresser de plus en plus à mon bien-être et mon moi profond.

J’ai trouvé tout ce que je recherchais à la coopérative Coop Alpha en termes de valeurs, partages & rencontres. Je redécouvre Bordeaux et ses alentours avec bonheur et j’admire la manière dont Bordeaux, Cenon & Lormont (entre autres) ont évolué depuis 8 ans tant niveaux pro que culturelle.  Je fais de très chouettes rencontres en me créant un réseau dans la région. Je fréquente, découvre ou prévois de découvrir des lieux géniaux de travail, de partages, rencontres ou encore bien-être.

Grâce à ces lieux et rencontres et à des évènements, j’ai également découvert des actions et mouvements menés qui donnent foi en l’humanité. Je me rends compte qu’il y a des gens qui ont de belles idées et qui œuvrent pas à pas pour aller vers un monde meilleur, et je suis heureuse de vivre dans cet univers-là. Heureuse d’entreprendre dans un entourage qui prône le partage et le vivre ensemble.  Heureuse d’entreprendre et de m’entourer de belles personnes avec de vraies valeurs humaines et ambitions saines.

Nomaditude, le rêve d'entreprendre

Il est vrai que j’ai mis de côté mes rêves & voyages le temps de construire de solides fondations à mon activité, mais je vis ça sereinement depuis que je revis dans ma belle région. Me dire que je peux rejoindre la mer ou l’Espagne assez rapidement suffit à mon bien-être. Je prends le temps de vivre et de construire de jolies choses, ma seule priorité est l’accomplissement des projets de mes clients et mon bien-être. La vie est incontestablement plus douce aujourd’hui. Je fais tout pour mettre cette énergie au profit de mon aventure entrepreneuriale. Les plus de la vie n’ont qu’à dessiner les contours de cette belle énergie.

Et puis un jour, mon rêve s’est envolé

Cet été j’ai eu des petits soucis de santé qui se sont avérés être au final de bien plus gros soucis. Mes premiers symptômes ont démarré l’été dernier juste avant que je décide de quitter l’Île-de-France. Il n’y a pas de hasard me direz-vous? Et bien oui, je le crois. Quand le diagnostic de la sclérose en plaques est tombé j’ai plus passé mon temps à rassurer mes proches que moi-même parce qu’au fond de moi j’ai eu l’impression d’avoir tout fait pour l’accueillir dans ma vie. J’ai de la chance d’être très bien entourée, bien suivie et renseignée sur tout ce qui touche au bien-être/médecines parallèles. J’ai fait le choix de gérer mon temps pour travailler et d’une coopérative pour collaborer avec d’autres personnes. On dirait que j’ai tout préparé pour son arrivée, et je ne laisserai pas la maladie prendre le pas sur ma vie que je compte bien vivre à fond. En revanche c’est une maladie difficile à comprendre pour l’entourage parce que pas toujours visible. C’est pourquoi, j’ai pris le parti d’en parler sans déni ni tabou pour que ça soit compris et normal.

J’ai dû aussi prendre conscience suite à ça, que c’était la fin d’un rêve pour moi. Il m’est désormais impossible de devenir pilote. Affaire classée. Ça a été étonnamment le plus difficile à encaisser pour moi. Malgré ça, j’ai bien l’intention d’aller rencontrer les nuages de temps en temps parce que c’est plus fort que moi. Je serai au côté du pilote. J’ai par ailleurs la ferme intention de m’offrir des voyages dès que possible, en guise de récompenses de mon travail et choyer les destinations au soleil pour faire des cures de vitamine D.

Je pense que si j’avais appris ça deux ans auparavant, à Paris, loin de mes proches et enfermée dans mon poste, je ne l’aurais pas vécu de la même manière. La vie est vraiment bien faite.